Ce matin, en revenant du collège, le feu passe au rouge

devant une des écoles maternelles du centre ville.

Traversent des petits bouts trop craquants

d'environ 3 ans accompagnés d'une maîtresse

et d'une aide maternelle.

Puis, en fin de cortège, un papi,

avec deux petits mains qui tenaient les siennes.

Je les ai regardé passer émerveillée

devant cette scène toute banale mais tellement belle.

Je ne sais dans quel cadre ce vieux monsieur est devenu accompagnant

mais j'ai trouvé merveilleux cet échange

malgré les 70 ou 75 ans qui les séparaient.

Voilà, vous allez me dire que ce n'est rien.

Mais tant que je saurais savourer ces instants là,

je me dis que tout va bien.

 

4215383969_5ff4a35f7d.jpg

image du net dont je n'ai pas trouvé l'origine.

 

 

«On transforme sa main en la mettant dans une autre.»
 
Paul Eluard

 

 

 


Retour à l'accueil