J'ai reçu deux nouvelles participations à mon jeu de noël.

La première, vous la retrouverez directement sur le blog de  Cistu en

suivant le lien ( un petit clic sur son prénom).

Vous allez voir dans quelle magie elle nous transporte.

 

Puis,  Corine a elle aussi décidé de nous raconter noël et nous voilà

emportés par ses merveilleux souvenirs de petite fille.

 

 

Ma-cuisine-enfant.jpg

                                                       La petite cuisine de Cocopasserelle.

 

Je ne crois pas qu’un Noël plus qu’un autre m’ait frappé.

 J’ai ce souvenir très précis d’être dans mon lit d’enfant, celui que l’on me donne toute petite, chaque année lorsque nous dormons chez ma grand-mère paternelle déjà veuve, tous les réveillons.

Je me revois dans ce lit, en train de me dire que ça va être long, très long, d’attendre jusqu’à demain j’ai l’impression d’en être plus consciente que jamais ce soir-là. J’appelle le sommeil pour oublier, tout en espérant comme chaque année me réveiller avant minuit.

Je suis certaine que le Père Noël va passer, je n’ai aucun doute. Un jour, j’arriverai à le chopper, c’est sûr.

Après tout, il n’y a que quelques heures avant minuit, mais tant de temps avant, ensuite, d’avoir le droit à ouvrir les paquets. Le sommeil s’abat finalement sur moi, parvenant à résoudre toutes mes interrogations.

  Je me souviens d’un autre matin, encore une autre année où, comme tous les petits, je suis réveillée bien avant tout le monde. Excitée comme une puce, je descends vite et je vois que «ohhhhh, il n’a pas failli à sa promesse»! Une nouvelle fois, le miracle s’est produit : tout est là et tout est emballé. Il y en a plein le salon de chez ma grand-mère.

  Les parents vont être longs à descendre, mon frère aussi. Si je décollais un peu un papier, tiens, celui-là, ça se verrait ??? J’hésite, puis finis par descotcher juste 2 coins pour découvrir que dans tous ces paquets, un téléphone m’a été offert !!! Avec un voyant lumineux ,comme si j’avais un poste à moi, toute seule !!!! Ouais ! Je repasse le papier sous les ficelles et contemple ce que je crois être parfait comme couverture de ma curiosité.

  Quelques heures après, les parents descendent et parlent de pendre le petit-déjeuner ! Ca ne connaît pas l‘impatience, les adultes ? Arrivés au salon, ils ont bien vu que j’avais soulevé le papier cadeau. Les parents, je sais alors pas comment ça fait, mais ça voit TOUT !

Cet autre Noël avec mon beau vélo blanc sur lequel j’ai grandi, si fière, ne voulant pas le quitter alors que mes genoux remontait à mon nez lorsque je vadrouillais dessus !

  Tous ces Noels, c’est l’attente, les exclamations, une magie, des yeux qui brillent où l’iris trouve un peu le reflet du décor, les éclats de surprise et de rires, une complicité, une trêve, des dons et des pardons.

  Jamais je n’oublierai ces moments d’enfants. C’est aussi un don pour l’après.

  Je joins la cuisine d’un de ces 25 décembre et un de mes nounours qui me semble avoir un air de famille avec l’un de ceux de Loli «juste pour de rire» !

 Corine Caporlan.Nounours -


Merci mille fois à vous deux.

Vraiment je me suis régalée en vous lisant.

 

 



Retour à l'accueil