Known-1.jpg

 

Je n'ai pas l'âme d'un coucou, je n'irais

pas voler le nid des autres.

Mais certains me font rêver.

Ce samedi, nous étions d'anniversaire.

Organisé par une amie, dans son si bel univers.

Une maison qui dépasse mes envies, tant elle est belle,

tant elle ressemble à l'idée que je me fais

d'un petit coin de paradis.

Tout est si beau, si recherché et en même temps

on s'y sent tellement bien...

C'est ça la plus belle alchimie pour une maison de conte de fée.

Moi, je n'aime pas mon nid.

Je le trouve bancale, fait de brindilles éparses

et perché dans un arbre qui a perdu depuis longtemps tout son feuillage.

Un arbre essoufflé par les fumées des pots d'échappement.

J'ai beau l'orner de doux duvet et de plumes colorées, rien n'y fait!

Ce sentiment est fort désagréable et fait naître en moi une culpabilité

aux multiples facettes.

Coupable de ne pas travailler

et de ne pas rapporter un écu dans notre escarcelle.

Coupable de regarder chez les autres

comme je dévorerais des yeux un gros gâteau à la crème.

Vous allez me dire, que là n'est pas l'essentiel.

Vous allez penser qu'il vaut mieux avoir un petit chez soi qu'un grand chez les autres.

Vous allez me trouver bien ingrate envers cette existence douce au pays

des cigales.

Je sais, j'abuse, mais vraiment c'est important et je crois qu'il va falloir

que je me décide à franchir le pas et à changer... de nid!

 

2329840747_e7e14e574b_large.jpg

 

 


Retour à l'accueil