J'écoute la ville.

Elle sort de son sommeil avec des gestes engourdis,

des portières qui claquent sans se soucier de l'heure matinale,

des pas hauts perchés qui se pressent sur le trottoir.

J'écoute la ville qui s'anime, chassant les chats sur les faîtières des toits,

obligeant les chanteurs nocturnes à regagner leur nid.

J'écoute sa respiration qui s'accélère,

son coeur qui bat la chamade par crainte du retard.

J'imagine les petits fronts baissés sur les gros bols fumants,

les sacs d'école alignés dans l'entrée.

Je distingue au loin la danse des bus

encore pleins des rêves de la nuit, d'esprits embrumés.

J'écoute la ville qui s'éveille et cette vie qui reprend tout autour

crée en moi un sentiment étrange.

J'ai l'impression d'en être spectatrice,

de ne pas vraiment faire partie de ce monde en mouvement.

J'écoute la ville tel un Robinson sur son îlot perdu au milieu du tumulte.

Pourtant, cette cacophonie des petites heures me plaît bien

et me donne l'énergie dont j'étais dépourvue ce matin.

Elle semble me dire: Bouge, prend le train en marche!

J'écoute la ville...


187971473 b02621aef8 large

 

Joli jeudi les amis.

 

 

 

Retour à l'accueil