img_poster_large55506_la-tete-en-friche.jpg

 

Comme souvent avec les films de Jean Becker je me suis régalée.

J'aime son univers, la facture de son image, l'ambiance qui se

dégage des films qu'il réalise.

J'ai vu et revu  "Les enfants du marais", j'ai adoré " Effroyables jardins",

je me suis laissé portée par son "Dialogue avec mon jardinier".

Alors, je ne suis pas étonnée d'avoir tant aimé

"La tête en friche".

Tout y est juste, tout y est dit.

Vous le savez, je crois aux rencontres,

aux croisées de chemin écrites et évidentes.

Alors je me suis totalement sentie "chez moi" dans ce film.

Depardieu est fabuleux et Gisèle Casadesus ne peut que nous faire fondre.

 

Synopsis :


Une rencontre improbables peut changer le cours d'une vie :

Germain mène une vie tranquille entre ses potes, sa copine Annette et sa caravane, installée au fond du jardin de sa mère. Il n'a jamais connu son père, sa mère s'est retrouvée enceinte de lui sans le vouloir et lui fait bien sentir. Et à l'école primaire, il était la tête de turc de son instituteur. Ses copains de bistrot l'aiment bien, mais se moquent souvent de lui.Pourtant Germain, loin d'être un imbécile, est un philosophe candide, un diamant brute dans lequel jamais personne n'a songé à tailler de facettes. Si sa tête est restée en "friche", c'est qu'on ne l'a pas cultivée.Un jour, il va rencontrer Margueritte qui va lui lire à haute voix des extraits de romans. Germain va découvrir la magie des livres, dont il se croyait exclu à jamais. Mais Margueritte perd la vue, et pour l'amour de cette petite grand-mère malicieuse et attentive, il ira jusqu'à se mettre à lire pour elle, à haute voix, lorsqu'elle ne pourra plus le faire.C'est une histoire qui parle de gens simples et vrais, parfois touchants, amusants et souvent très drôles. Une histoire tendre, pleine d'espoir, qui prouve qu'il est toujours possible d'apprendre et jamais trop tard pour être heureux.


Je vous laisse la bande annonce pour vous donner envie car vraiment je vous invite à le regarder.

 

Bonne nuit.

Retour à l'accueil